Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 janvier 2011 6 22 /01 /janvier /2011 15:09

Le syndrome prémenstruel (SPM) est un ensemble de symptômes douloureux qui précède les règles et éventuellement durant les 2 premiers jours.  Ces troubles seraient suffisamment importants pour perturber la vie familiale, professionnelle et sociale de près de la moitié des femmes.

 

 Cycle-menstruel.jpg

 

 

Les symptômes du syndrome prémenstruel

 

Les plus fréquents sont les suivants :

  • Tension mammaire (mastodynie) : les seins sont gonflés et douloureux
  • Tension psychique : irritabilité, somnolence, troubles de l’attention et de la mémoire, fatigue, migraine, une tendance dépressive.
  • Des troubles digestifs, un ballonnement intestinal avec constipation.
  • Des dysménorrhées ou douleurs pelviennes (au bas-ventre)
  • Des œdèmes et une prise de poids.

 

Mais bien d’autres manifestations, très diverses  et variables selon les femmes, peuvent survenir : éruptions cutanées, fourmillements dans les membres, évanouissements, etc…

 

 

Les causes et facteurs favorisants

 

On comprend encore mal les raisons exactes du syndrome prémenstruel. Les recherches semblent mettre en évidence les facteurs suivants.

 

Des causes hormonales

  • Une insuffisance de progestérone dans la seconde partie du cycle féminin.

Cela aurait pour conséquence une augmentation de la perméabilité capillaire, à l’origine d’un œdème tissulaire au niveau des seins, du cerveau et de l’abdomen. 

  • Un excès d’estrogènes sanguins.
  • Une modification du taux de sérotonine, hormone qui intervient dans la régulation du sommeil, de l’appétit et de l’humeur, pourrait également intervenir.

 

Des carences alimentaires sont suspectées.

 

Le stress et l’anxiété pourraient accroître les troubles.

 

 

La prévention et le traitement du syndrome prémenstruel

 

Un traitement progestatif,  qui peut être un contraceptif à prédominance progestative.

 

Des anti-inflammatoires non stéroïdiens, pris durant la semaine précédant les menstruations et les premiers jours, soulagent les crampes et réduisent la sensibilité des seins.

 

Des diurétiques favorisent l’élimination des liquides tout en limitant les pertes de potassium. Ils permettent de réduire la prise de poids, les transpirations abondantes des mains et des pieds, la sensation de jambes lourdes et de seins douloureux.

 

Parfois, des anxiolytiques et des antidépresseurs sont utilisés.

 

Un traitement local sous forme de gel à la progestérone pour les seins, ou diurétique pour les œdèmes.

 

 

Des traitements naturels :

 

aloe vera 1  Gattilier.jpg  Ginko-Biloba.jpg
 Aloe vera  Gattilier  Ginko biloba

 

  • clou de girofle,
  • baies de gattilier (plante méditerranéenne encore appelée poivre aux moines ou agneau chaste) : l’agnuside et la casticine qu’elles contiennent soulageraient les symptômes prémenstruels. Attention toutefois, car le gattilier pourrait interagir avec certains médicaments, notamment les contraceptifs oraux.
  • ginkko : il pourrait soulager les douleurs des seins mais est à éviter chez les personnes souffrant d’épilepsie ou qui prennent des médicaments anticoagulants.
  • Huiles de bourrache et d’onagre, riches en acides gras oméga-6
  • Aloe vera

 

Une alimentation :

  • riche en calcium, magnésium, zinc et vitamine B6.
  • Pauvre en caféine (café, thé, boissons gazeuses de type cola…),alcool, sel (pour limiter les rétentions d’eau), viande rouge et aliments sucrés (consommer des glucides lents pour prévenir les fringales de sucre).

 

 

A défaut, des compléments alimentaires contenant ces éléments.

Notons qu’un apport conjoint de magnésium et de vitamine B6 serait plus efficace que la prise isolée de ces 2 substances.

Les compléments alimentaires de calcium  ne doivent pas être pris en même temps que certains antibiotiques (cyclines et quinolones) et des hormones thyroïdiennes. Plus de 5000 mg de calcium par jour pourrait par ailleurs provoquer des calculs rénaux.

Les compléments riches en magnésium doivent être évités en cas d’insuffisance rénale et ne doivent pas être pris en même temps que les antibiotiques de la famille des cyclines et des quinolones.

 

 

La pratique régulière d’un exercice physique (30 minutes  par jour) contribuerait à lutter contre le syndrome prémenstruel : marche, natation, bicyclette, jogging, aérobic. Ces exercices augmentent l’irrigation sanguine des différents organes, aidant ainsi à régulariser les fluctuations des hormones sexuelles.

 

Combattre le stress en pratiquant la relaxation, le yoga, les massages, etc… permet de réduire les symptômes.

 

Relaxation--2-.jpg

Partager cet article

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Femmes
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • : Présentation de fiches relatives à la santé, au bien-être et à la beauté.
  • Contact

Profil

  • Gabrielle
  • Ex enseignante, spécialisée en sciences médico-sociales.

Recherche

Archives

Pages

Liens