Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 octobre 2010 6 16 /10 /octobre /2010 15:02

Cheveux2.jpg La pelliculose -à ne pas confondre avec la pediculose qui est une infestation par les poux-  est une dermatose (maladie de peau).

 

Elle se caractérise par une exagération d'un phénomène physiologique -donc  normal-  qui survient au niveau de la peau : la desquamation, c’est-à-dire la perte de minuscules lambeaux de peau sous la forme de petites pellicules, fines squames (ou lamelles) blanchâtres, se détachant de la peau.

 

  Normalement, chez les personnes sans pellicules, les cellules cutanées meurent et sont remplacées environ tous les mois. Chez les personnes avec des pellicules, cette fréquence passe à environ toutes les deux semaines. Les cellules cutanées mortes tombent alors en grosses grappes, qui prennent l'apparence de petites plaques blanches ou grisâtres.

 

 

Cette dermatose est tout à fait bénigne mais s’avère gênante en raison de son aspect inesthétique et des démangeaisons et plaques rougeâtres qui peuvent l’accompagner. En principe, elle n’est pas directement responsable d’une chute anormale ou prématurée de cheveux.

 

 

 

Les causes et facteurs favorisants de la pelliculose

 

  • Le principal responsable est une levure, du nom de pityriasis capitis (Malassezia) ; elle provoque souvent cette desquamation exagérée. Parfois un candida aura les mêmes conséquences.

 

 

  • Le psoriasis accentue la survenue de pelliculose ; de même la dermatite séborrhéique, qui provoque une inflammation et des desquamations sur les oreilles, le cuir chevelu, les sourcils et le long des ailes du nez. Les poux peuvent aussi être incriminés.

 

  • Des glandes sébacées hyperactives, de la séborrhée, ou un cuir chevelu sec.

 

  • Une alimentation carencée en certains éléments vitaux, ou trop riche en sucreries ou alcool, des allergies alimentaires, le tabagisme.

 

  • Des causes organiques : troubles digestifs (constipation, troubles hépato-biliaires, etc…), facteurs hormonaux (grossesse, hypercorticisme ou maladie de Cushing qui consiste en une hypersécrétion hormonale de la glande cortico-surrénale), diminution de l’immunité cellulaire (SIDA).

 

  • Des troubles émotionnels, le stress, sont également susceptibles d’entraîner une augmentation de la vitesse de renouvellement de l’épiderme.

 

  • Une hygiène inadaptée du cuir chevelu : Une eau trop calcaire, un shampoing trop détergent, un lavage des cheveux pas assez fréquent,  peuvent entraîner la multiplication exagérée de la levure en cause, c’est-à-dire le pityriasis capitis.

 

  • Le port de casque, casquette ou chapeau trop serré, favorise le développement de la levure.

 

  • Des facteurs climatiques, environnementaux : La pollution atmosphérique, la chaleur et l’humidité.

 

 

Le traitement de la pelliculose

 

1) Il consiste d’abord en un bannissement des produits  et conduites à risque tels que :

 

-          shampoings alcalins et détergents

-          lotions parfumées, gels et sprays alcoolisés, sources d’irritation pour le cuir chevelu

-          colorations, décolorations et permanentes

-          usage d’un séchoir très chaud

-          massage trop énergique du cuir chevelu

 

2) Un shampoing traitant, au pH acide, sans produit détergent sera à adopter : l'usage de shampoings à base d'acide aide à rétablir l'acidité du cuir chevelu, en dégradant les huiles et en empêchant les cellules cutanées mortes de s'accumuler en grappes visibles : en l’utilisant régulièrement, les pellicules disparaitront d’elles-mêmes.  Le fait de se laver les cheveux régulièrement permet d'éliminer la peau morte avant qu'elle ne s'accumule en desquamations plus grosses et perceptibles. Les causes de la pelliculose étant variables, il peut être bon d’essayer différents shampoings afin de trouver celui qui vous convient le mieux : shampoing contenant sulfure de sélénium, goudron, pyrithione de zinc, kétoconazole ou acide salicylique. Alterner différents traitements peut également s’avérer plus efficace.

 

Terminez le lavage par un rinçage à l’eau froide déminéralisée plutôt qu’avec l’eau du robinet chargée en chlore et calcaire.

 

3) Vous pouvez également lotionner  votre cuir chevelu –avec douceur !- tous les soirs, avec une décoction de romarin ou une infusion de tussilage, additionnées de vinaigre de cidre ou de jus de citron frais.

 

4) Les compléments alimentaires : faites des cures régulières, durant au moins 1 mois, en alternant chaque mois avec du  pollen de fleurs, des gélules d’ortie et de la levure de bière.

 

5) Les formes sévères de pelliculose, accompagnées de desquamations sur d’autres régions du corps, doivent être traitées par un médecin dermatologue. Il pourra prescrire une lotion d’imidazolés (famille chimique de médicaments regroupant antifongiques, antibiotiques et antiparasitaires)

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Cheveux
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 09:27

Acne.jpg

Pour beaucoup d’adolescents, et quelques adultes, l’acné représente une préoccupation importante en raison de son aspect inesthétique.

 

Cette affection atteint plus particulièrement le visage et le cou, mais aussi les épaules et le dos.

 

Généralement bénigne et passagère, elle est résolue avec un traitement adapté et le respect de quelques règles d’hygiène spécifiques.

 

 

Quelles sont les causes de l’acné ?

 

La cause principale est le bouleversement hormonal de l’adolescence, avec une production accrue de testostérone, surtout chez les garçons. Les hormones modifient la composition et le métabolisme du sébum et permettent ainsi la prolifération d’une bactérie anaérobie jusqu’alors inoffensive, voire utile : la propionibacterium acnes, dont le code génétique a été découvert en 2004.

 

Un facteur génétique pourrait également intervenir dans l’apparition de l’acné.

 

Contrairement aux idées reçues, ce n’est ni le stress, ni une alimentation trop grasse, ni un manque d’hygiène, qui sont à l’origine de l’acné.

 

Par contre, le soleil, auquel on attribue un effet bénéfique sur l’acné, n’a une action que très temporaire. En effet, il épaissit l’épiderme, favorisant ainsi la formation de comédons. C’est pourquoi, suite aux bains de soleil de l’été, on assiste souvent à une poussée d’acné en automne.

 

 

Comment se forme le bouton d’acné ?

 

L’appareil pilo-sébacé est formé du follicule pileux, responsable de la pousse du poil, et de la glande sébacée, productrice du sébum acheminé par le pore à la surface de la peau.

 

Normalement, la bactérie Propionibacterium acnes produit des enzymes aptes à décomposer le sébum afin de préserver l’équilibre du gras dans la peau.

 

Acne-schema5.jpg

 

Mais, parallèlement à la production de l’hormone androgène qui entraîne une production excessive du sébum, une augmentation du taux de kératine, dans la couche extérieure (cornée) de l’épiderme, favorise la formation d’une masse occlusive (comédon). Un follicule pileux obstrué crée alors un environnement idéal à la prolifération des bactéries propionibacterium acnes, « mangeuses » de sébum.

 

La bactérie va coloniser les glandes sébacées et provoquer des réactions inflammatoires et infectieuses à l’origine des boutons de l’acné.

 

 

Quelles sont ses manifestations ?

 

Les follicules obstrués apparaissent sous différentes formes :

 

-          sous forme de boutons blancs (comédons fermés ou microkystes), s’ils sont clôturés sous la surface de la peau,

-          sous forme de points noirs (comédons ouverts) si le bouchon d’un follicule devient visible : la partie au contact de l’air s’oxyde et devient noire

 

Les bactéries provoquent un gonflement, une démangeaison et une rougeur autour du follicule pileux affecté.

 

 

Comment traiter les boutons d’acné ?

 

Il est important de traiter l’acné sous peine de se retrouver avec des cicatrices indélébiles. Voici quelques pistes à suivre pour venir à bout de son acné.

 

Les médicaments anti-acné délivrés avec ou sans ordonnances sont plus ou moins efficaces et ont pour la plupart quelques effets indésirables :

 

-          des traitements locaux à base de vitamine A acide, avec ou sans antibiotiques, ou à base de peroxyde de benzoyl.

-          Des antibiotiques pendant plusieurs mois

-          Des traitements hormonaux : utilisation d’un contraceptif hormonal chez la jeune femme.

 

Un nettoyage complet de la peau peut être bénéfique à condition d’être pratiqué par l’esthéticienne ou le médecin dermatologue. Il pourra être procédé à l’extraction des comédons, et à l’ablation des microkystes et des pustules. Il est important de ne pas manipuler soi-même ses boutons et points noirs, dans des conditions d’hygiène souvent inadéquates.

 

La luminothérapie : depuis 2002, un traitement novateur fait appel à l’utilisation de la lumière. Le dispositif mis au point, baptisé Clearlight, concentre des faisceaux de lumière de haute intensité sur les glandes sébacées. Grâce à eux les bactéries responsables du processus acnéique sont détruites. Le traitement doit être appliqué 2 fois par semaine durant 15 minutes, pendant un mois.

 

Les compléments alimentaires permettant de lutter contre les problèmes de peau grasse et d’acné sont peu nombreux :

 

-          Le zinc : les compléments alimentaires de zinc nécessitent certaines précautions. Ils doivent être ingérés à distance de certains traitements ou de compléments en fer. De plus la dose journalière de zinc ne doit pas dépasser 40 mg sous peine d’effets indésirables (maux de tête, goût métallique dans la bouche, et à long terme, carence en cuivre et baisse de l’immunité).

-          La levure de bière, riche en protéines, en oligoéléments et en vitamines du groupe B serait aussi efficace. Mais tout le monde ne la tolère pas, ce qui se traduit par des maux de tête et des flatulences.

-          La vitamine B5 (acide pantothénique) en usage local (crème) ou interne pourrait soulager les problèmes d’acné peu sévères.

-          Les probiotiques soulageraient également  l’acné en intervenant sur les troubles de la digestion. En effet une mauvaise absorption intestinale peut exposer à une carence en zinc.

 

 

Comment prévenir les poussées d’acné ?

 

Une bonne hygiène de la peau

 

-          la nettoyer matin et soir avec des savons non agressifs à l’huile d’amandes douces ou des savons bactéricides.

-          ne pas sécher sa peau avec de l’alcool, du talc, etc…

-          pour les garçons, préférer le rasage à la main en utilisant une mousse à raser hypoallergénique.

-          ne pas utiliser de gant de toilette sur les parties du corps atteintes

-          prendre des douches plutôt que des bains en cas d’acné du dos.

-          ne pas porter de frange si l’on a de l’acné sur le front… même pour cacher ses boutons !

-          changer de taie d’oreiller chaque semaine

-       utiliser des vêtements en coton sur les parties du corps atteintes.

 

 

Un régime alimentaire adapté

 

-          réduire les sucres d’absorption rapide (chocolat, bonbons, boissons sucrées)

-          adopter une alimentation riche en légumes, en fruits, en céréales complètes

-          Consommer des aliments riches en zinc : viande rouge, poisson, jaune d’œuf et graines

-          Chez certaines personnes sensibles, limiter la consommation de sel, de fruits de mer, de poisson et d’algues car l’iode qu'ils contiennent pourrait aggraver les problèmes d’acné

 

 

Une exposition au soleil limitée et protégée

 

Choisir une protection solaire adaptée en fonction de son type de peau.

3744.jpg

Les produits solaires à l’Aloe vera assurent une protection solaire efficace

tout en hydratant la peau

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Jeunes
commenter cet article
13 octobre 2010 3 13 /10 /octobre /2010 13:59

La gangrène consiste en une destruction (nécrose) de tissus ou d’une partie d’un membre, en général à la suite d’un arrêt de l’irrigation vasculaire. La gangrène peut toucher n'importe quelle partie du corps, mais les zones les plus affectées sont les extrémités, notamment les pieds et les jambes.


On distingue 2 formes de gangrène :

Dans la gangrène sèche il n'y a pas d'infection bactérienne ; les zones atteintes meurent parce que le sang n'y parvient plus et, donc, parce que les tissus ne sont plus oxygénés. Une gangrène sèche ne se propage pas à d'autres tissus.

La gangrène humide se caractérise par une destruction (nécrose) des tissus due à l'infection par des bactéries, d'une zone de gangrène sèche ou d'une plaie. Au lieu d'être secs, les tissus sont gonflés et suintants.

 

Causes de la gangrène

 

Les bactéries clostridia

 

La gangrène gazeuse (ou emphysème putride, ou tissus-gaz, ou myonécrose) est la forme de gangrène la plus dangereuse pour la vie. Elle survient lorsque des plaies sont infectées par une famille de bactéries anaérobies (qui croissent en l’absence d’oxygène) appelée Clostridium.


Les clostridia existent naturellement dans l’organisme sain au niveau du tube digestif ; ils sont évacués par les selles d’où l’importance de l’hygiène.


Lorsqu'ils se développent, les Clostridia libèrent des gaz qui compriment les vaisseaux sanguins ; les tissus ne sont plus alimentés et se nécrosent. Les clostridia libèrent également des substances toxiques dans le corps, telle la lécithiase à l’origine de graves septicémies, par blocages rénaux notamment.


Les tissus humains sains, riches en oxygène, sont rarement affectés par ces bactéries.


Les facteurs favorisants l’infection par les clostridia sont les suivants :

-          les blessures qui privent d'oxygène une portion de tissu musculaire : elles constituent le milieu de croissance idéal pour les Clostridia. Dans une plaie, certaines cellules sont déjà mortes, et c'est là que les infections débutent. Les lésions par « écrasement » sont le plus susceptibles d'interrompre l'apport sanguin aux tissus et sont plus prédisposées à la gangrène. L'infection atteint habituellement les extrémités, où l'apport sanguin est plus susceptible d'être coupé.

-          Une opération chirurgicale peut accroître la vulnérabilité de certaines zones tissulaires face aux clostridia surtout chez les malades présentant des problèmes vasculaires préexistants ou des facteurs de risque de maladie cardiaque. Une personne avec un taux de cholestérol élevé verra plus souvent ses vaisseaux obstrués par des coagulations sanguines après une opération chirurgicale. Les tissus normalement approvisionnés par ces vaisseaux peuvent alors manquer d'oxygène, ce qui permet aux bactéries de se multiplier.

 

Certaines maladies graves

 

En perturbant la circulation sanguine certaines maladies peuvent interrompre l'apport en oxygène aux extrémités :

-          la maladie artérielle périphérique, au cours de laquelle la circulation sanguine vers les jambes est insuffisante : elle peut entraîner une ischémie (souffrance tissulaire liée à un déficit d’oxygène) du pied ou de la jambe, causant une gangrène.

-          Le diabète, prédispose à la gangrène du pied. Les affections liées au diabète (dont l’artérite, inflammation d’une artère) constituent la cause la plus courante d'amputation du pied.

-          une engelure grave (due à une exposition prolongée au froid) peut aussi entraîner la gangrène par insuffisance de circulation sanguine vers les tissus.

 

Symptômes

 

Les régions atteintes par la gangrène présentent les caractéristiques suivantes :

-          Douleur locale

-          Chaleur et enflure (œdème)

-          Couleur : la peau peut être pâle et marbrée au début, mais vire bientôt au rouge-violet ou marron puis au noir verdâtre. La région affectée peut devenir très cicatrisée et nécessiter une chirurgie de reconstruction. Si une quantité importante de tissu est morte, il se peut qu'on doive amputer la partie du corps affectée.

-          Secrétion séro-purulente : parfois, un liquide marron apparaît sous la peau, entraînant la formation de grandes cloques. Si les Clostridia sont les causes de cette gangrène, on peut voir des gaz bouillonner dans ces poches à odeur nauséabonde.

 

Par ailleurs, sur le plan général, on constate une fièvre, une fatigue importante et une hypotension.


 

Complications

 

Les substances toxiques produites par les bactéries tuent les cellules au-delà de la zone d'infection, en maintenant un apport en oxygène insuffisant. Si l'infection n'est pas stoppée, ces toxines bactériennes empoisonnent les organes vitaux par voie sanguine en commençant par les reins, pour aboutir au choc toxique.

La gangrène gazeuse se propage très rapidement et peut causer la mort en peu de temps.


 

Traitement de la gangrène

 

Plusieurs thérapeutiques sont nécessaires pour lutter contre la gangrène :

  • les antibiotiques : ils aident à ralentir l'infection et à éliminer les petites poches de bactéries passées inaperçues.
  • la chirurgie : ablation des tissus infectés et d’une large marge autour d’eux afin d’empêcher toute propagation ultérieure. Si cette intervention est insuffisante, il faut envisager l'amputation.
  • Le caisson hyperbare (peu répandu en France) : citerne métallique scellée et remplie d'oxygène à haute pression. La pression force l'oxygène à pénétrer dans les tissus afin de stopper la propagation des bactéries.

 

Une thérapeutique à redécouvrir : la larvothérapie (ou asticothérapie)

 

mouche_verte.jpg

Non, ce n’est pas une plaisanterie, mais âmes sensibles s’abstenir !


Les asticots de la mouche verte (Lucilia sericata) ont la propriété de ne consommer que les tissus nécrosés.

 

De plus, ils facilitent la cicatrisation des tissus sains en stimulant la production de tissus cicatriciels, tout en désinfectant les plaies. Ils interviennent efficacement même sur des bactéries résistantes aux antibiotiques.

 

Cette thérapeutique, connue dès l’Antiquité, fut appliquée par Ambroise Paré et par le chirurgien de Napoléon Bonaparte, entre autres… Aujourd’hui, elle est utilisée dans une vingtaine de pays. En France, l’asticot a été reconnu comme médicament en 2004. Une étude a notamment été réalisée à l’hôpital de Caen en 2008.

 

 

Avec les méthodes actuelles de traitement, la majorité des victimes de la gangrène survivent. Toutefois, le traumatisme de l’amputation est souvent inévitable d’où l’intérêt que présenterait l’utilisation de la larvothérapie. Mais la prévention reste primordiale.

      

 

Prévention

 

Une désinfection de toute blessure,

parfois associée à une antibiothérapie si la plaie est souillée ou profonde.

Le respect rigoureux des règles d’asepsie par le personnel hospitalier. 

Une bonne hygiène corporelle, notamment au niveau anal.

 

Box-Aloe-Vera.jpg

 

Pour une bonne hygiène corporelle, et pour soigner vos blessures,

utilisez les produits à l’aloe vera,

plante aux propriétés antiseptiques, anesthésiques, cicatrisantes et anti-inflammatoires

 

 


Repost 0
Published by Gabrielle - dans Santé
commenter cet article
12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 08:58

Des recherches médicales récentes ont mis en évidence l’importance de l’équilibre acido-basique de notre organisme, équilibre trop souvent perturbé par nos modes de vie modernes. Ce déséquilibre n'est pas sans conséquences sur notre santé, c'est pourquoi il est nécessaire de le surveiller et de le corriger si nécessaire.

 

Qu'est-ce que l'acidose ?

 

Le pH est le nombre, de 0 à 14, indiquant le degré d’acidité ou d’alcalinité (basique) d’un liquide :

  •  De 7 à 0, on parle d’acidité décroissante
  •  A 7, il y a neutralité
  •  De 7 à 14, nous nous trouvons en état d’alcalinité croissante.

 

Acidose-test3.jpg

Tout éloignement important et brusque d’une valeur neutre du pH peut porter préjudice à la vie.

 

Notre corps tend naturellement vers l’acidité et notre alimentation moderne la renforce également.

 

Les déchets acides produits par notre organisme sont principalement éliminés par les reins et les poumons.

 

En cas d’excès, les déchets sont expulsés dans le tissu conjonctif pour maintenir le pH sanguin à sa valeur normale, autour de 7,40 . Débute alors le processus de l’acidification qui peut aboutir à l’acidose tissulaire chronique.

 

L'acidose  est détectable par la mesure du pH urinaire, à l’aide d’un papier réactif. Ce test doit être effectué 3 fois par jour pendant au moins une semaine. Si les valeurs trouvées sont le plus souvent inférieures à 7, il y a surcharge de l’organisme en déchets acides, donc acidose.

Acidose-test.jpg

 

Les conséquences de l’acidose

 

Un certain nombre de symptômes variés apparaissent quand l’organisme est encrassé par les acides :

 

  •  La fatigue, notamment matinale ou après un repas
  •  Un dérèglement de l’appétit avec des crises boulimiques
  •  Une haleine à odeur d’acétone (odeur de pomme)
  •  Une hyperacidité gastrique et de la constipation
  •  Des migraines, cervicalgies, sinusite, bronchite chronique
  •  Une transpiration excessive
  •  Des pertes blanches (leucorrhée)

 

Par ailleurs, l’acidose chronique a des conséquences négatives  importantes sur notre santé :

 

  •  Elle accélère le processus de vieillissement
  •  Elle favorise l’apparition de maladies avec une déficience globale du système immunitaire :

·         maladies de peau (eczéma, herpès, démangeaisons…),

·         troubles digestifs (renvois acides, brûlures d’estomac, ulcères),

·         problèmes circulatoires (varices),

·         affections rénales et vésiculaires (calculs),

·         rhumatismes (arthrose et arthrites),

·         maladies endocriniennes (diabète, hyperthyroïdie),

·         cancer, etc ...

  •  Elle déclenche des perturbations émotionnelles (irritabilité, insomnie, dépression…) et sexuelles (baisse de libido)
  •  Elle entraîne fatigue et manque d’énergie, etc…

 

 

Prévention et correction de l’acidose

 

  •  Une alimentation équilibrée :

 

·         En aliments acidifiants : sucre blanc, sucreries, farine blanche et ses dérivés, huiles raffinées et graisses durcies, alcool, café et thé. A un moindre degré, on peut aussi citer les viandes et poissons, le blanc d’œuf, les fromages forts et fermentés, et les légumineuses.

·         En aliments alcalinisants (générateurs de bases) : les légumes (sauf artichaut, asperge, poireau, chou de Bruxelles et oignon), les fruits (sauf abricot, orange et pruneau), les fruits secs, le soja et ses dérivés, le lait, le yaourt et le fromage blanc, le jaune d’œuf.

·         En aliments eux-mêmes équilibrés au niveau acido-basique : céréales complètes, pâtes et pains complets, germe de blé, fruits oléagineux (sauf arachide), huiles pressées à froid et crues, beurre frais et cru, sucre intégral.

 

  •  Des compléments alimentaires alcalinisants

 

ProBalance.jpg

ProBalance rétablit votre équilibre acido-basique perturbé

 

  •  Une bonne hygiène de vie : Les déchets acides étant éliminés par les reins et les poumons, l’exercice physique, en accélérant le rythme respiratoire et stimulant la diurèse, va contribuer efficacement à rétablir l’équilibre acido-basique. Les séjours en altitude seront également bénéfiques de par l’oxygénation qu’ils assurent.
Repost 0
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 08:57

Tonsure

 

Le terme « alopécie » regroupe toute perte de cheveux ou de poils, provisoire ou définitive.

 

Elle peut toucher aussi bien les enfants et les femmes que les hommes. Toutefois, ces derniers sont plus particulièrement concernés : la calvitie (alopécie androgénique) touche plus de la moitié d’entre eux.

 

Même si la mode est aux cranes rasés, cette perte n’est généralement pas bien vécue, pour des raisons esthétiques et psychologiques. C’est pourquoi, il est important de la prévenir, de la limiter ou de la traiter, chaque fois que cela est possible.

 

 

Les causes

 

-          Une maladie :

·         Maladie parasitaire : la teigne, fréquente chez l’enfant, due à un champignon, le dermatophyte, généralement transmis par le chien. Elle provoque une alopécie bien localisée et contagieuse

·         La pelade : fréquente chez l’enfant et d’origine inconnue, elle provoque une chute de cheveux par plaques. On trouve parfois des antécédents familiaux de cette maladie. Par ailleurs, elle est aggravée par des conflits psychologiques.

 

-          Un traitement médical :

·         la chimiothérapie anticancéreuse

·         La radiothérapie anticancéreuse

 

-          Une carence alimentaire en zinc ou en fer, surtout chez les femmes, suite à un régime amaigrissant trop restrictif, par exemple.

 

-          Une cause hormonale chez l’homme, ou chez la femme ménopausée : La Dihydrotestostérone (DHT) cause une régression de la racine du cheveu.

 

-          Dans le cas d’une chute de cheveux soudaine, on peut également impliquer un stress important, un choc émotif, ou les suites d’un accouchement.

 

-          L’hérédité intervient dans 95 % des cas de perte prématurée des cheveux chez l’homme.

 

Les traitements

 

Il existe de nombreux traitements préventifs ou curatifs, mais leur efficacité est  très variable.

 

-          L’alimentation : elle doit apporter

·         Des protéines : la kératine est la protéine qui forme les cheveux et les ongles

·         Des acides aminés soufrés, présents dans la viande et les poissons, le jaune d’œuf et les lentilles, pour favoriser la synthèse des protéines.

·         Du fer, oligoélément essentiel à la pousse des cheveux et à l’oxygénation des racines. On le trouve dans la viande rouge, les volailles, les poissons et les fruits de mer, le jaune d’œuf et les lentilles.

·         Du zinc, antioxydant  important pour la santé des cheveux ; on en trouve dans les huîtres, les fruits de mer, la viande rouge, le poisson, le jaune d’œuf, les lentilles…

·         Des acides gras essentiels, oméga-3 et oméga-6, apportés par les huiles de colza, de noix, de soja.

 

 

-          Les compléments alimentaires interviennent dans la prévention ou la réduction des chutes de cheveux occasionnelles :

·         Les vitamines B stimulent la fabrication de la kératine, protéine formant les cheveux et les ongles. Les vitamines B8 (biotine) et B5 (pantothénique) sont particulièrement recommandées. La levure de bière,  particulièrement riche en vitamines du groupe B, est à privilégier si l’on n’y est pas intolérant, ce qui se manifeste par des maux de tête et des flatulences.

·         La cystéine, acide aminé soufré : son efficacité a été prouvée chez les personnes souffrant de malnutrition. Toutefois, elle est défavorable en cas de calculs rénaux.

·         La méthionine, acide aminé soufré, pour les personnes dont le régime est carencé en méthionine. Cependant, elle est déconseillée aux personnes souffrant de cancer, de maladies cardiovasculaires, d’hépatite ou de schizophrénie.

 

-          En cas de chimiothérapie anticancéreuse, porter un casque réfrigérant prévient la chute des cheveux en limitant la circulation sanguine vers les follicules pileux.

 

-          Les soins généraux apportés aux cheveux :

·         Evitez les produits agressifs, teintures et permanentes.

·         Evitez élastiques, bigoudis, fers à friser et séchoir électrique

·         Ne partagez pas peignes, brosses et autres accessoires pour cheveux

·         Massez régulièrement votre cuir chevelu afin de stimuler la circulation sanguine près des racines

 

-          Des soins spécifiques anti-chute  

 

 

-          Les médicaments :

·         La pilule contraceptive peut avoir un effet antiandrogène.

·         Le minoxidil freine la chute des cheveux et stimule leur croissance. Chez la femme, s’il n’est pas efficace le médecin peut prescrire de la spironolactone, à l’effet antiandrogène.

·         La finastéride, pour les hommes atteints de calvitie, inhibe l’enzyme qui convertit la testostérone en dihydrotestostérone (DHT). L’effet thérapeutique est inégal et cesse dès l’arrêt du traitement.

·         Contre la teigne, il faut raser la zone atteinte pour bien traiter les lésions avec la Griséofulvine, pendant 1 à 2 mois, avec un résultat incertain. Un antifongique par voie orale traitera l’infection plus efficacement.

·         Contre la pelade on utilise des corticoïdes locaux dont l’action est limitée. En général, les cheveux repoussent sans traitement  au bout de quelques mois, voire quelques années.

 

-          La chirurgie : des microgreffes de cheveux peuvent être pratiqués mais elles nécessitent temps et argent.

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Cheveux
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • : Présentation de fiches relatives à la santé, au bien-être et à la beauté.
  • Contact

Profil

  • Gabrielle
  • Ex enseignante, spécialisée en sciences médico-sociales.

Recherche

Archives

Pages

Liens