Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 février 2012 7 19 /02 /février /2012 15:25

 

Les besoins en eau de notre organisme

 

L’eau constitue 60 % du corps humain, ce qui représente environ 40 litres dont 25 litres dans les cellules et 15 litres en dehors, c’est-à-dire 12 litres pour les liquides tissulaires et 3 pour le plasma sanguin. Ces quantités d’eau permettent l’équilibre des réactions métaboliques de notre corps.

 

Eau symbole 

 

L’eau circule en permanence dans notre corps et les entrées sont compensées aussitôt par des sorties sous forme d’urine ou de sueur, et dans une moindre mesure, par les selles et même la respiration.

 

La quantité d’eau nécessaire en une journée pour un individu peut varier suivant la saison, le pays et l’activité physique. Nos besoins quotidiens sont d’environ 2 litres au repos, mais peuvent monter jusqu’à 10 litres par jour en cas d’activité physique intense.

 

Une partie de ces besoins est couverte par l’alimentation. Pour compléter, il est recommandé de boire 1 litre à 1.5 litre d’eau par jour.

 

Eau du robinet-copie-1

 

Toutefois, il ne faut pas boire en excès car, outre le fait de devoir se rendre aux toilettes très souvent, cela peut entraîner des conséquences négatives pour notre santé. L’idéal est de rester à l’écoute de son corps et de ses besoins.

 

Une réserve cependant, en ce qui concerne les jeunes enfants et les personnes âgées, chez lesquels la sensation de soif n’est pas toujours présente ou suffisante pour les inciter à boire ; l’absence de cette sensation ne signifie pas que la réhydratation est totale. Il est donc important de les inciter à consommer eau et tisanes régulièrement dans la journée.

 

 

Les causes de la déshydratation 

 

  • Un apport en eau insuffisant dans la journée.

 

  • Une perte de liquide trop importante par :

- des vomissements

- la diarrhée

- une transpiration excessive causée par un climat chaud, un exercice physique intense ou par la fièvre.

- des mictions fréquentes causées par une consommation excessive d’alcool ou une glycémie élevée chez un diabétique.

 

 

Les conséquences d’une déshydratation


  • Déshydratation légère, lorsque le corps a perdu environ 2,5 pour cent de ses fluides : 

-          Soif

-          Sécheresse de la bouche et de la gorge

-          Sécheresse de la peau

-          Manque de larmes

-          Constipation

-          Maux de tête

-          Difficulté à se concentrer, problèmes de mémoire

-          Fatigue, voire somnolence: Le manque d’eau est le facteur n° 1 de la cause de fatigue pendant la journée. 

 

Eau concentration

 

 

  • Déshydratation moyenne : la perte de liquides est d'environ 5 pour cent 

-          Volume d’urine réduit et urine visqueuse (plus jaune)

-          Diminution de la transpiration

-          Diminution de la pression artérielle, augmentation du pouls et de la fréquence cardiaque

-          Augmentation de la température corporelle

-          Renforcement de la respiration

-          Vertiges

-          Nausées

-          Maux de tête

-          Crampes musculaires et picotements dans les membres

-          Fatigue accrue  

 

Déshydratation sévère (Urgence médicale quand les pertes de fluide atteignent 10 pour cent) : 

-          Gonflement de la langue,

-          peau d’apparence ratatinée

-          Yeux creux

-          Détérioration de la circulation du sang, basse tension artérielle

-          Diminution de la fonction rénale

-          Mictions douloureuses et très réduites, ou absentes

-          Absence de transpiration

-          Vomissements

-          Crampes et spasmes musculaires

-          Douleur abdominale et thoracique,

-          Difficulté à manger avec douleurs dyspepsiques (gastrites, duodénite, brûlures d’estomac)

-          Difficulté à respirer

-          Confusion mentale

-          Faiblesse générale pouvant aller jusqu’à l’évanouissement.

 

  • La mort, lorsque le déficit en liquides corporels atteint 15 à 25 %

 Cette ultime étape est l’aboutissement d’une déshydratation non traitée.

 

Les signes d'une déshydratation chez le nourrisson

Déshydratation nourrisson


Les bienfaits de l’eau


En dehors de l’absence des symptômes de déshydratation listés ci-dessus, voici la liste des intérêts et bénéfices de l’eau mis en avant par l’Institut Pasteur :


  • Perdre du poids : Un verre d’eau enlève la sensation de faim pendant la nuit. L’eau est le meilleur coupe-faim qui soit car elle procure une sensation de satiété. Cette sensation est dû aux fibres qui gonflent avec l’eau, et facilitent le transit. A chaque envie de grignotage, buvez quelques gorgées d’eau. 

Les femmes victimes de rétention d’eau peuvent être tentées de s’abstenir de boire, de peur d’aggraver leur problème. En réalité, ce n’est pas l’eau qui fait gonfler, mais le sel qui retient l’eau. Boire de l’eau va aider à éliminer le sel.


  • Soulager ses douleurs de dos et d’articulations : 8 à 10 verres d’eau par jour pourraient soulager significativement ces douleurs pour 80% des personnes qui en souffrent.

 

  • Prévenir le cancer : Boire 5 verres d’eau par jour diminue le risque de cancer

             * du colon de 45 %    

             * du sein de 79%    

             * de la vessie de 50%  

 

 

Les périodes appropriées pour boire de l’eau


Selon l’institut Pasteur, boire de l’eau à des périodes bien précises maximise son efficacité dans le corps humain :


  • 2 verres d’eau au réveil contribuent à activer les organes internes
  • 1 verre d’eau trente minutes avant le repas aide à bien digérer 
  • 1 verre d’eau avant de prendre une douche aide à baisser la tension artérielle
  • 1 verre d’eau avant d’aller au lit vous évite des attaques ou crises cardiaques.

 

boire-eau

 

Il est important d’absorber de l’eau régulièrement en petites quantités, tout au long de la journée, plutôt que de boire uniquement pendant les repas.


Au cours du repas, il est préférable de ne pas boire plus de trois verres d’eau. Au-delà, le rythme de la digestion est ralenti.

 

goutte d eau

 

Boire quotidiennement de l’eau en quantité suffisante est absolument nécessaire à notre santé. La consommer aux meilleurs moments de la journée optimisera ses effets bénéfiques.

Repost 0
6 février 2011 7 06 /02 /février /2011 08:49

Riche de plus de 200 éléments indispensables à la bonne santé de notre organisme, le gel de l’aloe vera contient notamment bon nombre de vitamines. C’est donc un complément alimentaire de choix en cas de régime alimentaire déséquilibré.

 

aloe vera 3

 

Les vitamines de l’aloe vera

 

La provitamine A (béta-carotène) est un précurseur de la vitamine A (carotène ou rétinol) : Son action antioxydante protège les cellules des radicaux libres et favorise ainsi la santé de la peau ; elle améliore la vision, agit sur la production des globules rouges et des hormones sexuelles.

 

 

Les vitamines B

 

  • Vitamine B1 (thiamine) : elle est nécessaire à la croissance des tissus et à la production d’énergie. Elle est essentielle au fonctionnement de notre système nerveux et jouerait un rôle dans la mémorisation et l’exercice de nos facultés intellectuelles.

 

  • Vitamine B2 (riboflavine) : elle intervient dans la production d’énergie et l’utilisation des nutriments. Elle est proposée dans le traitement des migraines, de l’hypercholestérolémie, et également pour les problèmes de peau sèche et pour soulager les crampes musculaires.

 

  • Vitamine B3 (niacine ou vitamine PP) : elle sert à la synthèse d’enzymes impliquées dans la production d’énergie, dans la synthèse des acides gras et des hormones sexuelles, dans la formation des globules rouges, et dans la régulation de l’activité des gènes.

 

  • Vitamine B6 (pyridoxine) : elle intervient avec la vitamine B2 dans la formation du sang.

 

  • Vitamine B9 (acide folique ou vitamine M) : antianémique, elle favorise la régénération des globules rouges du sang. Elle participe au renouvellement de la peau et de la paroi de l’intestin, et au bon fonctionnement du cerveau.

 

  • Vitamine B12 (cyanocobalamine) : indispensable au métabolisme, elle constitue un facteur énergétique essentiel pour les fonctions nutritives du corps.

 

  • Choline (vitamine du complexe B) : C’est un vasodilatateur coronarien ; elle favorise le métabolisme. Elle est utilisée dans les troubles de la digestion et contre la constipation.

 

 

La vitamine C (acide ascorbique), en association avec la vitamine E, combat l’infection, favorise la cicatrisation et maintient la santé de la peau ; anti-oxydante et immunostimulante ; elle améliore l’absorption du fer et sert à la formation des neurotransmetteurs ; elle a un rôle bénéfique sur l’activité cardiaque, sur le métabolisme, le taux de cholestérol et la régulation hormonale.

 

 

La vitamine E (tocophérol) s’associe à la vitamine C et a donc les mêmes effets ; antioxydante, elle protège la membrane des cellules ; Elle est utilisée dans le traitement des rhumatismes ; son action immunostimulante en fait un traitement auxiliaire ou préventif du cancer.

 

 

Les gels à boire à l’aloe vera

 

LR Health & Beauty  propose 4 gels à boire, fabriqués en Allemagne.

 

Tous contiennent environ 90 % de gel d’aloe vera.

 

Aloe-Vera-a-boire.jpg

 

Pendant la récolte, aucun pesticide ni enfumage artificiels ne sont utilisés. Seul le gel pur de la feuille est utilisé et dépourvu de son aloïne, au goût amer et laxative.

 

Aucun colorant n’est ajouté au produit.

 

La récolte et la fabrication font l’objet de contrôles réguliers et stricts de la part de SGS Institut FRESENIUS et de l’IASC (Comité International Scientifique pour l’Aloe Vera).

 

  • Le gel d’aloe vera au miel contient 90 % d’aloe vera, 9 % de miel de fleurs et de la vitamine C.

L’association miel et aloe vera permet la création de nouvelles molécules qui renforcent les effets positifs de l’aloe vera sur notre organisme.

 

  • Le gel d’aloe vera à la pêche contient 92 % d’aloe vera et un arôme naturel de pêche. Il couvre à 100 % nos besoins quotidiens en vitamine C. Idéal pour renforcer nos défenses immunitaires durant l’hiver !

 

  • Le gel d’aloe vera SIVERA aux extraits d’ortie pour un apport complémentaire en silicium, minéral indispensable pour notre corps. Il intervient dans la fabrication des os, des tendons et des ligaments, des cartilages, de la peau, des cheveux, des ongles, de l’émail des dents. Il est utilisé pour soulager les rhumatismes (arthrose) et améliorer l’aspect des cheveux et des ongles. Il pourrait jouer un rôle dans la lutte contre les maladies cardiovasculaires.

            Le gel d’aloe vera Sivera contient 91 % d’aloe vera, du miel et des extraits naturels d’ortie.

 

  • Le gel d’aloe vera FREEDOM contient 89 % d’aloe vera. Il est enrichi en vitamine E, en sulfate de chondroïtine et en glucosamine. Il est donc particulièrement indiqué en cas d’arthrose.

 

 

La consommation recommandée et de 3 fois 30 ml par jour, maximum. Il est conseillé d’atteindre cette dose progressivement, sur au moins 15 jours.

 

L’idéal est une consommation journalière permanente. Mais on peut aussi faire 2 cures de 3 mois chaque année.

 

Aloe-vera-bande-horizontale.jpg

Aloe vera bande horizontale

 

Repost 0
11 novembre 2010 4 11 /11 /novembre /2010 09:47

VitamineD.jpg

La vitamine D est une vitamine liposoluble (soluble dans les graisses) qui regroupe plusieurs substances, notamment la D2 (ergocalciférol) et la D3 (cholécalciférol).

 

Comme toutes les vitamines, elle est indispensable au bon fonctionnement de notre organisme.

 

 

 

Les carences en vitamine D

 

La conséquence principale d’une carence en vitamine D est une déminéralisation des os :

 

·Chez les enfants : rachitisme

·Chez les adultes : ostéomalacie (décalcification osseuse) qui augmente le risque d’ostéoporose et de fractures.

 

Parmi les autres conséquences, une carence favoriserait l’apparition de maladies graves, telles que le cancer, les maladies cardio-vasculaires, etc…

 

 

Les causes des carences

 

  •  Les écrans solaires : s’ils sont bénéfiques en évitant les brûlures consécutives aux expositions prolongées au soleil, ils empêchent plus ou moins la peau de synthétiser la vitamine D à partir des UV-B du soleil.
  •  La vie sédentaire : on ne sort plus suffisamment au grand air au profit de la télévision, des jeux vidéo et d’internet. Les personnes âgées, souvent confinées à l’intérieur, sont particulièrement exposées aux carences.
  •  Le lieu de vie : les habitants des régions peu ensoleillées peuvent être carencés.
  •  Les saisons : Entre octobre et mars, on ne fabrique pratiquement plus de vitamine D car les jours raccourcissent et le froid n’incite pas à s’exposer dehors peu vêtu !
  •  Certaines maladies :

·         Les maladies chroniques de l’intestin

·         L’alcoolisme

·         La cirrhose du foie

  •  Certains traitements médicaux destinés à réduire l’absorption intestinale des matières grasses, dans le but de réduire l’obésité ou le cholestérol. La vitamine D est soluble dans les graisses, par conséquent, elle ne sera plus absorbée par l’intestin dans ce cas.

 

  •  L’âge :

·Le bébé nourrit au sein : le lait maternel est peu riche en vitamine D, c’est pourquoi les laits commercialisés sont enrichis avec cette vitamine.

·Avec l’âge, la capacité à absorber ou synthétiser la vitamine D diminue.

 

  •  La couleur de la peau : les peaux noires et foncées synthétisent moins bien la vitamine D.

 

 

Les propriétés de la vitamine D

 

  •  Effet bénéfique sur les os : elle est essentielle au métabolisme du calcium et du phosphore ; elle augmente leur absorption dans l’intestin et diminue leur élimination dans l’urine. Elle favorise ainsi la minéralisation des os et des dents. Elle sera donc utilisée dans la prévention et le traitement du rachitisme et de l’ostéoporose.

 

  •  Prévention d’affections cardio-vasculaires : les hommes qui manquent de vitamine D sont 2 fois plus exposés aux crises cardiaques.

 

  •  Prévention du cancer : Un apport suffisant en vitamine D protégerait contre au moins 6 types de cancer, notamment le cancer colorectal et celui du sein.

 

  •  Prévention du diabète de type 2

 

  •  Prévention des maladies inflammatoires chroniques

 

  •  Traitement local du psoriasis, prescrit par les dermatologues

 

  •  Stimulation des défenses immunitaires, toutefois, cette propriété n’est pas encore scientifiquement démontrée.

 

  •  Ralentissement du vieillissement : les femmes qui ont plus de vitamine D dans l’organisme ont des télomères (régions d’ADN à l’extrémité des chromosomes) plus longs. Les télomères raccourcissent avec l’âge et des télomères courts sont associés à un risque plus élevé de maladies chez les personnes âgées.

 

  •  Amélioration de la libido masculine en augmentant la concentration sanguine de la testostérone.

 

 

Les sources de vitamine D

 

  •  L’alimentation :

·Les végétaux, comme les champignons, sources de vitamine D2

·Les poissons gras (maquereau, sardine, hareng), le foie de poisson et les huiles qui en sont extraites, sources de vitamine D3

Saumon.jpg

·Les jaunes d’œuf, à condition que les poules aient été nourries avec des aliments riches en vitamine D.

 

  •  La peau exposée au soleil : elle synthétise la vitamine D3 à partir des rayons UV (Ultra Violet) ; l’organisme utilise pour cela un dérivé du cholestérol.

 

  •  Les compléments alimentaires

 

 

Précautions

 

Un excès d’apport en vitamine D, en provoquant une élévation anormale du taux de calcium dans le sang, peut avoir de graves conséquences :

  •  Nausées
  •  Céphalées (maux de tête)
  •  Douleurs des muscles et des os
  •  Troubles du rythme cardiaque
  •  Dépôts de calcium dans les reins, les vaisseaux sanguins, le cœur et les poumons.

 

Ces effets indésirables apparaissent lorsque l’apport quotidien dépasse 50 000 UI (Unités Internationales) par jour, soit 1,25 mg.

 

L’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) recommande un apport de 200 UI par jour, soit 5 microgrammes, pour un adulte (le double pour une femme enceinte). Mais, nos besoins réels pourraient aller au-delà de 1000 UI.

 

La prise de doses quotidiennes supérieures à 2000 UI (50 microgrammes) doit obligatoirement se faire sous contrôle médical.

Repost 0
8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 12:06

Même si l’on parle beaucoup des oméga-3 (voir le précédent article sur ce blog ), Ils ne sont pas les seuls à être bénéfiques à notre santé. Voyons ce qu'il en est des oméga-6 et des oméga-9 !

 

 

Les Oméga-6

 

L’acide gamma-linolénique (GLA) et l’acide linoléique sont les acides gras essentiels oméga-6 les plus répandus dans les végétaux :

 

  •  Huiles de tournesol, de soja, de noix, de chanvre, de pépins de raisin et de carthame, pour l’acide linoléique.
  •  Huile de bourrache, de pépins de cassis, d’onagre, d’argan et de chanvre pour le GLA.

 

Dans notre organisme, le GLA peut être synthétisé à partir de l’acide linoléique et servir à la production d’oméga-3 (EPA ou acide eicosapentaénoïque). C’est pourquoi, comme les oméga-3, ils auront des indications similaires :  

 

  •  contre la polyarthrite rhumatoïde,
  •  contre les maladies inflammatoires,
  •  contre l’arthrose,
  •  pour diminuer les concentrations de triglycérides dans le sang
  •  pour soulager l’eczéma
  •  pour améliorer l’état de santé dans certains cas de cancers
  •  pour participer au traitement de certainestumeurs du cerveau (gliomes), des essais sont en cours.

 

L’apport d’oméga-6 conseillé est de 11 g / jour chez l’homme et de 8.5 g / jour pour la femme.

 

 

Les oméga-9

 

Ces acides gras mono-insaturés, principalement l’acide oléique,  sont apportés par :

 

  •  les huiles végétales de noisette, d’olive, de colza, d’arachide et de sésame.
  •  le gras des viandes

 

Notre organisme peut les fabriquer à partir des acides gras saturés.

 

L’acide oléique aurait les propriétés suivantes :

 

  •  diminuer le risque de maladies cardiovasculaires, notamment en faisant baisser le taux sanguin de cholestérol LDL (« mauvais cholestérol ») et augmenter celui du cholestérol HDL (« bon cholestérol »).
  •  diminuer les triglycérides sanguins dans le diabète de type 2

 

L’apport quotidien conseillé en oméga-9 est d’environ 30 g pour les hommes et de 25 g pour les femmes.

 

 

Les compléments alimentaires en acides gras

 

Nos apports en acides gras oméga-6 et oméga-9 sont généralement suffisants. En cas d’insuffisance, on peut envisager un complément alimentaire.

 

 

Précautions d’utilisation

 

Les personnes suivantes doivent consulter leur médecin avant de prendre le GLA :

 

  •  les femmes enceintes et allaitantes
  •  les enfants
  •  les personnes qui prennent des médicaments anticoagulants (fluidifiants du sang)
  •  les patients devant subir une opération chirurgicale.

 

Par ailleurs, une alimentation trop riche en oméga-6 pourrait augmenter les risques de maladie cardiovasculaire, inflammatoire ou de dépression.

Repost 0
4 novembre 2010 4 04 /11 /novembre /2010 13:22

Définitions

 

Les acides gras, acides organiques dont la molécule comporte une longue chaîne carbonée ouverte,  sont une catégorie des lipides. On distingue :

 

-          Les acides gras saturés : acides gras dont les atomes de carbone sont saturés en hydrogène, essentiellement les graisses d’origine animale (viandes grasses, produits laitiers entiers, pain industriel). Ils ont la propriété d’être solides à température ambiante, comme le beurre.

 

-          Les acides gras insaturés :

·         acides gras mono-insaturés qui comportent une double liaison carbone-carbone et qui ont la propriété d’être fluides à température ambiante. Citons par exemple l’acide oléique (oméga-9) que l’on trouve dans l’huile d’olive.

·         Acides gras poly-insaturés : plusieurs atomes consécutifs sont unis par des doubles liaisons. Dans cette classe, on trouve l’acide linoléique (oméga-6) et l’acide alpha-linolénique (oméga-3).

 

Graisses.jpg

 

 

 

Les oméga-3 sont donc des acides gras polyinsaturés, dits « essentiels » car notre organisme en a absolument besoin mais ne peut les produire lui-même.

 

 

Sources d’omega 3

 

Oméga-3 d’origine animale

 

Les huiles extraites des poissons gras sont riches en acides gras essentiels oméga-3, dont les 2 principaux : l’acide docosahexanoïque (DHA ou ADH) et l’acide eicosapentaénoïque (EPA).

 

Les poissons gras sont les suivants : saumon (surtout sauvage car les algues lui apportent les acides gras), hareng, maquereau, flétan, anchois, sardines.

 

Omega3-poissons.jpg

 

 

Toutefois, certains poissons comme le thon peuvent contenir de grandes quantités de métaux lourds et de polluants. Les fabricants de compléments alimentaires en oméga-3 doivent donc au préalable éliminer ces polluants.

 

L’apport quotidien conseillé en huiles de poisson est de 120 mg chez les hommes, et de 100 mg chez les femmes (250 mg pour les femmes enceintes et allaitantes).

 

 

Oméga-3 d’origine végétale

 

Notre organisme a la capacité de fabriquer de l’EPA à partir de l’acide docosahexanoïque (DHA), mais aussi de l’acide alpha-linolénique (ALA) et de l’acide gamma-linolénique (GLA), tous deux d’origine végétale.  C’est pourquoi ces 2 derniers acides gras ont des propriétés communes avec les huiles de poisson.

 

Les principales sources sont les suivantes : pérille, lin, cameline, chanvre, graines de citrouille, noix, colza, soja, chou vert, mâche, cresson.

 

Omega3-Colza.jpg

 

Colza

 

L’apport alimentaire d’ALA conseillé est de 2 g / jour chez l’homme et de 1,6 g / jour pour la femme.

 

Super OMEGA 3 activ de LR

Contient des huiles de poisson sauvage de mer et d’onagre

Avec oméga-3 (EPA et DHA), Oméga-6 (acide linoléique), Oméga-9 (acide oléique)

et du Beta Glucan

 Omega3 - a

Sans lactose, sans OGM

 

 

Propriétés des oméga-3

 

Propriétés des huiles d’origine animale


  •  Ces huiles diminuent la synthèse de nombreuses substances anti-inflammatoires et préviennent la formation de caillots de sang.

  • Elles permettraient de soulager de nombreuses affections : excès de triglycérides dans le sang (pour l’EPA) et polyarthrite rhumatoïde notamment.

10 g / jour d’huile de foie de morue (dosée à 15 % d’EPA et 7 % de DHA) permet de réduire la consommation de médicaments anti-inflammatoires chez les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde. Toutefois ne confondons pas « huiles de poissons gras » et « huiles de foie de poisson » qui contiennent des vitamines A et D, ce qui expose à un risque de surdosage en cas d’usage prolongé.

Leur rôle reste plus controversé, faute d’études suffisantes, en matière de colite ulcéreuse et maladie de Crohn, de troubles du rythme cardiaque, d’hypertension artérielle, de psoriasis, de troubles bipolaires et de dépression, par exemple.

 

  •  L’EPA intervient dans la prévention des rechutes après un infarctus ou un AVC.

 

  •  Le DHA ou ADH  pourrait améliorer les performances scolaires des enfants présentant des troubles de l’attention. En effet, le DHA est important pour le développement du système nerveux et son fonctionnement, et également pour la vision.

 

  • Le DHA jouerait un rôle dans la prévention des démences séniles et de la maladie d’Alzheimer.

 

  •  Le DHA pourrait améliorer les performances sportives.

 

Notons que des effets indésirables peuvent parfois apparaître : nausées, diarrhée, odeur de poisson dans l’haleine et les urines.

 

 

Propriétés des huiles d’origine végétale

 

  •  L’ALA a les mêmes indications que l’EPA et les huiles de poisson (voir ci-dessus)

Les acides gras d’origine végétale semblent mieux tolérés que les huiles de poisson chez les personnes souffrant de maladies chroniques de l’intestin.

 

  •  L’ALA intervient dans la prévention des maladies coronariennes.

 

  •  Il jouerait un rôle préventif dans certains cancers.

 

 

Précautions

 

Par principe de précaution, la prise d’huiles de poisson gras doit toujours se faire sous contrôle médical pour les personnes suivantes :

-          femmes enceintes et allaitantes,

-          enfants,

-          personnes sous traitement anticoagulant (fluidifiants du sang),

-          patients devant subir une intervention chirurgicale.

 

Attention : une alimentation trop riche en ALA serait liée à une augmentation du risque de cancer de la prostate.

 

 

Savoir lire les étiquettes

 

L’AFSSA (Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments) a prévu 4 mentions possibles sur les étiquettes des aliments riches en oméga-3, par ordre croissant d’intérêt nutritionnel :

 

-          « Source d’acides gras oméga-3 » : contient au moins 15 % de l’apport quotidien conseillé d’oméga-3 pour 100 g (g, ml, ou calories) d’aliment.

 

-          « Riche en acides gras oméga-3 » : contient au moins 30 % de l’apport quotidien conseillé d’oméga-3 pour 100 g (g, ml, ou calories) d’aliment.

 

-          « Participe au rééquilibrage des apports en acides gras oméga-3 » :

·         contient au moins 30 % de l’apport conseillé,

·         possède un rapport oméga-6 / oméga-3 inférieur à 5

·         dont les lipides représentent moins de 30 % des calories

 

-          « les acides gras oméga-3 contribuent au bon fonctionnement du système cardiovasculaire » :

·         contient au moins 30 % de l’apport conseillé,

·         possède un rapport oméga-6 / oméga-3 inférieur à 5

·         dont les lipides représentent moins de 30 % des calories

·         contient une quantité de cholestérol inférieure à 150 mg pour 100 g d’aliment.

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • : Présentation de fiches relatives à la santé, au bien-être et à la beauté.
  • Contact

Profil

  • Gabrielle
  • Ex enseignante, spécialisée en sciences médico-sociales.

Recherche

Archives

Pages

Liens