Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 14:06

Gribouille1.jpg A l’origine, le bézoard était le nom donné aux calculs des voies digestives ou urinaires. Plus généralement, ce terme désigne un corps étranger que l’on trouve essentiellement dans l’estomac des animaux  et des humains.

 

Autrefois, en Orient, il était considéré comme un antidote aux poisons et aux maladies infectieuses.

 

 

En médecine on distingue 3 sortes de bézoards :

 

  • Les phytobézoards formés de débris végétaux
  • Les trichobézoards formés de cheveux ou de poils
  • Les pharmacobézoards formés d’un amas de médicaments ou de leurs enveloppes.

 

 

Causes et facteurs favorisants

 

  • Chez l’humain, leur formation est favorisée par un ralentissement du transit digestif. On en trouve plus particulièrement chez les psychopathes qui s’arrachent poils et cheveux et les ingèrent ensuite.

 

  • Chez le chat, très attentif à sa propreté, le fait de se lécher beaucoup pour débarrasser son poil des parasites et des poils morts, provoque l’apparition de bézoard,  sous forme de boules de poils dans l’estomac.

 

 

Symptômes

 

  • Des nausées et vomissements rapidement après les repas, crachats persistants.
  • Des ballonnements
  • Des hémorragies digestives

 

 

Complications

 

Dans les cas extrêmes une occlusion complète peut survenir au niveau de l’estomac.

 

 Gribouille2.jpg

Traitement

 

  • Des pâtes anti-boules de poils et l’herbe à chat aident l’animal à vomir son bézoard.

 

  • Un retrait endoscopique ou une intervention chirurgicale peut s’avérer nécessaire pour l’éliminer.

 

 

Prévention

 

  • Brossage régulier du chat, éventuellement en le baignant  si la perte de poils est intensive.

 

  • Alimentation fortement concentrée en fibres végétales pour aider à l’évacuation par voie rectale.

 

  • Du gel d'aloe vera : L’effet lubrifiant permet de faire transiter le bézoard par le tube digestif ; L’effet laxatif permet une élimination naturelle.


 

En prévention et traitement

Le gel à boire d’ALOE VERA

(1 à 2 cuillerées, soit 30 ml par jour)

AloeVera-GelPeche

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Animaux
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 08:44

Marina-et-vit.jpg

 

L’aloes, et plus particulièrement l’aloe vera, ou aloe barbadensis, regorge de principes actifs : nombre de sels minéraux, enzymes, acides gras essentiels, acides aminés, etc… Cette plante est connue depuis la plus haute Antiquité et a toujours porté des surnoms élogieux : « cadeau de la nature », « reine des plantes médicinales ». Ses utilisations en médecine naturelle et en cosmétique sont nombreuses.


aloe-vera-3.jpg

 

C’est pourquoi, elle peut aussi être bénéfique à nos amis les animaux, principalement chiens, chats et chevaux. Les produits à l’Aloe vera de LR assurent une fourrure en bonne santé et une brillance naturelle. Ils contiennent entre 30 et 80 % d’Aloe vera.

 

Le shampoing Aloe vera

Shampooing-Aloe-Vera.jpg 

Avec 40 % d’aloe vera, des marrons rouges et du cistus pour un poil soyeux et sain.

Pour chiens et chevaux

Massez en douceur sur le poil mouillé et rincez abondamment.

 

 

L’Aloe vera coat gloss

Embelliseur-de-poils-Aloe-Vera.jpg

Sara2---2003.jpg

 

Avec 30 % d’aloe vera, des marrons rouges et du cistus

Il procure une brillance immédiate et un poil facile à soigner

Pour chiens et chevaux

Vaporisez et laissez reposer un instant avant de peigner le poil

 

 

L’Aloe vera quick help spray

Spray-Quick-Help-Aloes-vera

05-01b-Mister.jpg

 

Avec 80 % d’aloe vera, des extraits de cistus et de neem

Pour une hydratation suffisante, une bonne immunité et une protection contre les parasites

Pour chiens, chats et chevaux

Vaporisez directement sur la zone concernée

 

Tous ces produits de haute qualité sont certifiés IASC

iasc.jpg

Cliquez sur les liens pour en savoir plus

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Animaux
commenter cet article
24 octobre 2010 7 24 /10 /octobre /2010 07:31

Chevaux.JPG  

La gourme, ou angine du cheval,  est une maladie en général sans gravité, mais très contagieuse.

 

Les jeunes chevaux de moins de 5 ans l’attrapent plus facilement que les autres mais s’en remettent aussi plus facilement.

 

Jusqu’à l’âge de 4 mois, le poulain est normalement protégé contre la maladie par l’immunité passive qu’il a acquise grâce au colostrum de sa mère, mais il peut aussi être contaminé par son lait si la mère est porteuse de la bactérie.

 

Chez certains chevaux, les plus âgés, la gourme est brève et bénigne, sans abcédation (formation d’abcès) des ganglions lymphatiques, certainement parce qu’ils ont acquis une certaine immunité.

 

 

Cause de la gourme du cheval 

 

La gourme, ou angine du cheval est causée par une bactérie appelée Streptococcus equi (streptocoque de la gourme). Cette bactérie se maintient dans la population chevaline par l’intermédiaire des chevaux porteurs, mais elle ne survit pas plus de 6 à 8 semaines dans l’environnement. Elle est hémolytique, c'est à dire qu'elle provoque une destruction des globules rouges et entraine plus ou moins une anémie.

 

 

Facteurs favorisants 

 

La surpopulation, propice à la transmission de la maladie :

La transmission est alors directe car il y a contact avec un cheval chez qui la gourme est en incubation ou un cheval qui vient de se remettre de cette maladie, ou encore avec un cheval porteur de la maladie mais qui n’en extériorise pas les signes cliniques.

 

Le manque d’hygiène général :

La transmission de la gourme peut aussi être indirecte quand il y a contact avec un milieu contaminé, que ce soit l’écurie (seaux, aliments, murs, portes) ou le pâturage (herbe, clôture, et surtout les abreuvoirs). La contamination peut se faire par l’intermédiaire des mouches.

 

 

Symptômes de la gourme


Les symptômes apparaissent 3 à 14 jours après le contact avec la bactérie :

 

-  Abattement et perte d’appétit, difficulté à déglutir.

-  Fièvre : 39,5 à 41°

-  Forte inflammation des muqueuses de la tête et de la gorge (pharynx et larynx sont enflammés). Enflure du ganglion lymphatique sous-maxillaire

-  Toux grasse, faible mais douloureuse.

-  Œdème léger mais douloureux entre les mandibules

-  Attitude spécifique : les chevaux malades se tiennent souvent la tête basse en extension sur l’encolure pour tenter d’atténuer la douleur au niveau de la gorge et des ganglions lymphatiques.

-  Jetage (écoulement ou catarrhe nasal, d’abord muqueux, puis grumeleux et purulent) : il s’écoule par les naseaux, d’abord blanc, puis jaunâtre et verdâtre indiquant la présence de pus.

- Après 1 à 3 semaines, en l’absence de soins, hypertrophie des ganglions lymphatiques : des abcès apparaissent dans le système lymphatique (ganglions), dans la région de la gorge, derrière l’auge et les oreilles. Les ganglions durcissent, deviennent douloureux et peuvent gêner la respiration. Au bout de 1 à 2 semaines, les abcès mûrissent et crèvent spontanément (mais on peut aussi les inciser), en libérant un pus épais fortement contaminé par le streptocoque cause de la maladie.

 

 

Evolution

 

En général, les ganglions finissent par percer, la fièvre tombe, le cheval guérit et il élimine l’infection dans les 30 jours qui suivent sa guérison. Environ 75 % des chevaux qui guérissent de la gourme bénéficient ensuite d’une assez durable immunité. Par conséquent chez les chevaux âgés la gourme est brève et bénigne, les ganglions lymphatiques sans abcès ou presque.

 

Toutefois la forme classique de la gourme est grave et peut aboutir à la mort, parce qu’elle ouvre la voie à toutes sortes de complications :

 

Les complications majeures, souvent mortelles, sont les suivantes :

 

  • La gourme généralisée, qui, non seulement infecte les ganglions lymphatiques drainant la gorge, mais, quand l’infection semble résorbée, provoque également des foyers infectieux dans des organes qui ne sont pas habituellement atteints (poumons, abdomen, cerveau).
  • Le purpura hémorragique, une inflammation aiguë qui se déclare dans les vaisseaux sanguins périphériques dans le mois qui suit la gourme, pendant la convalescence de l’animal. Des pétéchies (nombreux petits points hémorragiques) apparaissent et déclenchent un œdème étendu et grave de la tête, des membres et d’autres parties du corps. Le purpura peut aussi être la complication d’une vaccination de routine contre la gourme.

 

Les complications mineures, non mortelles, incluent :

 

  • La myocardite (inflammation du muscle cardiaque) et l’anasarque (inflammation des tissus sous-cutanés) :  rares
  • L’hémiplégie pharyngée, qui entraîne la paralysie de certains muscles du larynx et qu’on appelle couramment « cornage ».
  • L’anémie (appauvrissement du sang en globules rouges), qui s’installe pendant la convalescence à cause d’une destruction des globules rouges (hémolyse).
  • L’empyème des poches gutturales (celles-ci sont remplies de pus), qui peut survenir en même temps que la gourme classique, ou immédiatement après pendant la convalescence. Les deux poches gutturales sont de grandes cavités muqueuses, chacune étant un diverticule ventral de la trompe d’Eustache. Présentes uniquement chez les équidés, elles sont situées entre la base du crâne, côté dos, et le pharynx, côté ventre. D’une capacité d’environ 300 ml, elles s’ouvrent sur le pharynx nasal.

Cheval-gutturales.gif

 

 

Moyens de prévention

 

La vaccination :

 

On peut utiliser un vaccin « tué » ou un vaccin « vivant » atténué :

-  Quand on utilise un vaccin tué, on administre une première série de doses par injection intramusculaire, puis une dose de rappel annuelle. Ce vaccin ne confère pas une protection totale mais il réduit la gravité de la maladie si elle se déclare.  

-  Un vaccin vivant atténué s’administre dans le nez en deux doses espacées de 1 ou 2 semaines. Cette méthode déclenche, au niveau du nez, la production des anticorps nécessaires pour conférer l’immunité protectrice.  

 

Des réactions négatives sont possibles après la vaccination : Avec un vaccin tué, une douleur prononcée, voire un abcès franc au point d’injection. La vaccination peut aussi entraîner le gonflement des ganglions lymphatiques sous-maxillaires et pharyngiens, avec ou sans abcès, le purpura hémorragique, et même la gourme généralisée.  

 

La mise en quarantaine :

 

Pour éviter la propagation de la maladie aux autres chevaux, il est nécessaire d’isoler les individus atteints Les chevaux en convalescence de la gourme peuvent excréter le streptocoque dans leurs sécrétions nasales et leur salive jusqu’à 6 semaines après l'infection. Lors de l’arrivée de nouveaux chevaux dans le troupeau, il est recommandé de les isoler pendant 3 semaines.

 

Le dépistage des chevaux porteurs :

 

Dépister les sujets porteurs, notamment avant l’arrivée d’un nouvel animal dans le troupeau ou l’écurie est particulièrement recommandé. Les sujets porteurs sont en général des chevaux, qui, après la disparition des signes cliniques de la gourme, conservent des poches gutturales infectées. Il est donc recommandé, malgré les coûts que cela impose, de prélever sur les nouveaux chevaux, durant les 3 semaines suivant leur arrivée, une série d’écouvillonnages nasaux ou nasopharyngiens, pour mettre en évidence le streptocoque de la gourme ou son ADN.

 

La désinfection et la décontamination :

 

On peut décontaminer les pâturages en les laissant reposer pendant 4 semaines, ce délai étant suffisant pour que le streptocoque soit détruit par l’action bactéricide naturelle de la déshydratation et des ultraviolets.

 

Il faut exiger des personnes qui soignent les chevaux qu’elles changent de combinaison et de bottes, quand elles quittent l’aire de quarantaine, et qu’elles se lavent soigneusement les bras et les mains avec un savon à base de chlorhexidine.

 

Il est indispensable de bien désinfecter l’écurie et le matériel de soin et de pansage. Une désinfection quotidienne des auges, abreuvoirs et autres objets utilisés pour distribuer l’alimentation est nécessaire. La litière des animaux malades doit être brûlée ou mise à composter (sous une bâche de plastique pour empêcher les mouches de propager la maladie).

 

La stimulation du système immunitaire du cheval :

 

Des compléments alimentaires peuvent aider à renforcer les défenses immunitaires.

 

Le gel d’Aloe vera

aux nombreuses propriétés, notamment anti-inflammatoires et antiseptiques

renforce les défenses naturelles et aide les globules blancs à neutraliser les agents infectieux

 AloeVera-GelPeche

Le gel Aloe vera à boire

Ajouter 120 ml à la nourriture quotidienne du cheval

 

 

Traitement

 

Au début de la maladie, le traitement par antibiotiques adaptés (pénicilline G) donne en général de bons résultats. Cependant les vétérinaires sont divisés à ce sujet ; certains administrent des antibiotiques mais beaucoup pensent que l’antibiothérapie empêche l’animal de s’auto-immuniser contre la gourme et le prédispose à contracter une infection plus grave, voire la gourme généralisée.

 

Un traitement naturel à base d’aloe vera

 

Le gel d’Aloe vera

 AloeVera-GelPeche

Contre la gourme, pulvériser quotidiennement dans la gorge 60 ml de gel d’aloe vera

ou, pour les cas sérieux, le mettre directement dans l’estomac à l’aide d’un flexible

(par un vétérinaire)

 

A un stade plus avancé de la maladie, l’application de compresses chaudes et de cataplasmes (à base de moutarde ou de teinture d’iode) sur les ganglions est conseillée pour accélérer la maturation des abcès, que l’on pourra alors vider de leur pus.

 

Après maturation des abcès, les désinfecter à l'aide d'une seringue (sans aiguille) remplie d’un produit désinfectant comme la Bétadine.

 

De l’Aloe vera pour traiter les abcès

 Bain-Wellness-Aloe-vera.jpg

1-      Nettoyez l’abcès avec Aloe Vera Welness Body Balm

  Creme-Mains-ExtraRiche.jpg

2-      Enduisez l'abcès de crème pour les mains à l’aloe vera


Spray-emergency.jpg

3-      Pulvérisez régulièrement du gel d’Aloe vera avec

le spray d’urgence à l’Aloe vera

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Animaux
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 11:38

NEEM-fruits.jpg

 

 

Il existe dans le commerce nombre de produits très efficaces contre les puces et les tiques… aussi efficaces que toxiques pour nos animaux de compagnie !

 

Pourquoi ne pas s’orienter vers des produits naturels, comme l’arbre de Niem (ou Neem) utilisé en Asie, en Afrique et en Amérique latine ?

 

Ces produits sont utilisés à la fois sur le bétail et les villageois, pour repousser tiques, puces, moustiques et autres parasites.

 

 

 

 

 

 

Le Neem

 

Le Neem ou Margousier (Azadirachta indica) est originaire du sud de l’Himalaya. C’est un cousin de l’acajou, à feuillage persistant, de la famille des Méliacées. Adapté aux sols pauvres, aux températures élevées et aux faibles pluviométries, on le trouve essentiellement en Asie tropicale, en Afrique et en Australie. De nos jours, on le cultive de plus en plus en Amérique du sud et centrale (Mexique), aux Antilles, et même en France, sur la côte d’Azur.

 

Le Neem pousse rapidement et peut atteindre une hauteur de 20 mètres. Il peut vivre 200 ans.

 

Ses feuilles sont légèrement dentelées, son écorce est marron et crevassée verticalement.

 

Au mois de mai apparaissent  des fleurs violettes, odorantes, en forme d’étoiles, et disposées en grappes descendantes.

 

Ses petits fruits jaunes comestibles sont sèchés au soleil avant d’être broyés.

 

On extrait l'huile de Neem de l’amande des graines.

 

Les substances actives du neem

 

Les nombreuses propriétés de cet arbre, connues de façon empirique, ont été confirmées scientifiquement dès 1942 par le chimiste pakistanais Salimuzzaman Siddiqui (1897-1994) qui isola 3 composés amers dans l’huile extraite des graines.

 

Par la suite, plus d’une centaine de substances actives ont été extraites de différentes parties de cet arbre (écorce, bois, graines, feuilles).

 

3 éléments nous intéressent plus particulièrement :

 

-          L’azadirachtine interrompt la croissance des insectes en bloquant leur métamorphose

-          La nimbidine, la salannine, le meliantriol et l’azadirachtine bloquent l’alimentation des insectes en paralysant leur appareil piqueur-suceur et le mouvement de leur intestin

-          L’odeur soufrée des matières actives du neem est répulsive ; elle perturbe la ponte et le comportement sexuel des insectes adultes.

 

 

Les propriétés du neem

 

-          En agriculture : L’huile de neem est utilisée par les agriculteurs comme fertilisant, pesticide et insecticide.

-          Dans la médecine traditionnelle indienne, le Neem s’appelle « la pharmacie du village » et fait partie intégrante des ingrédients de la médecine ayurvédique. En sanskrit, le neem se nomme « nimba », ce qui signifie « qui donne la bonne santé ».

-          En usage vétérinaire, les extraits de neem s’avèrent particulièrement efficaces pour éloigner les puces, tiques et autres parasites.

 

 

Spray-Quick-Help-Aloes-vera.jpg

Des produits à l'aloe vera pour une brillance naturelle et une hydratation suffisante. Avec des extraits de neem pour protéger chiens, chats, et chevaux contre les insectes

 

 

Repost 0
Published by Gabrielle - dans Animaux
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • Le blog de bio-bien-belle.over-blog.fr
  • : Présentation de fiches relatives à la santé, au bien-être et à la beauté.
  • Contact

Profil

  • Gabrielle
  • Ex enseignante, spécialisée en sciences médico-sociales.

Recherche

Archives

Pages

Liens